Vous êtes ici

Station 6: La gestion des forêts

Informations générales

A première vue, la forêt de la vallée du Leinbach peut sembler sauvage et anarchique, mais cela n’est pas tout à fait le cas. En Allemagne, les forêts entièrement naturelles ont disparu depuis bien longtemps. Dans leur quasi-totalité, les surfaces boisées sont exploitées depuis des siècles. C’est aussi le cas dans cette vallée. Si vous souhaitez savoir ce dont il faut tenir compte dans la gestion de l’écosystème très sensible qu’est une forêt pour que la faune et la flore puissent s’y développer et quelles formes de gestion sylvicole existent, vous trouverez les réponses ci-dessous.

 

 

 

 

 

Weitere Infos:

  1. La gestion des forêts en Allemagne
  2. La durabilité
  3. La sylviculuture

 

La gestion des forêts en Allemagne

L’Allemagne constitue naturellement un pays de forêts. Ces forêts sont utilisées, gérées et habitées par l’homme depuis une époque reculée. Les forêts entièrement naturelles ont disparu depuis bien longtemps. La majeure partie de la surface boisée est exploitée et gérée depuis des siècles. La forêt gérée de manière durable, avec sa grande diversité d’essences et de formes de gestion, constitue une mosaïque dynamique et finement structurée d’habitats les plus divers et a contribué de ce fait à la conservation de nombreuses espèces animales et végétales.

 

La durabilité

Des cycles de production longs, la dépendance des conditions au niveau de la station (sol, climat, etc.), les perturbations induites par les influences naturelles (par exemple les insectes, les tempêtes, les chutes de branches dues au verglas et à la neige etc.) et la gestion sur de grandes surfaces différencient la sylviculture des autres secteurs d’activité. Par conséquent, le principe de la « durabilité » introduit depuis la Conférence des Nations Unies pour l’environnement et le développement de 1992 revêt une importance cruciale. La gestion durable a pour objectif de « préserver durablement et de manière optimale les divers services rendus sur le plan économique, écologique et social pour que les générations présentes et futures puissent les utiliser » (Ministère allemand de l’alimentation, de l’agriculture et de la protection des consommateurs, 2011). L’idée de la durabilité a vu le jour en Europe centrale. Vers la fin du Moyen Age, la pénurie de bois se faisait durement sentir et les forêts avaient été littéralement détruites du fait de leur surexploitation. Depuis la fin de la deuxième guerre mondiale, ce principe implique également que l’on veille à ce que la forêt puisse remplir toutes ses fonctions de manière optimale et durable.

 

La sylviculture

La fonction de la sylviculture est de gérer la forêt de manière telle que l’homme puisse bénéficier durablement de tous les services qu’elle est à même de lui rendre. La gestion sylvicole est motivée par différents objectifs qui dépendent des stations et des propriétaires forestiers. Il existe donc une grande diversité de procédés sylvicoles et de types de forêts gérées. Il n’y a pas de principe applicable de manière systématique partout. Les conditions locales dictent la manière de procéder et donc le type de gestion sylvicole à employer, qui sera adapté à chaque station forestière. Les objectifs suivants sont poursuivis :

  • la préservation et la création de forêts mixtes de structure hautement diversifiée
  • la culture d’essences locales adaptées à la station
  • le recours à la régénération naturelle là où les sols et les peuplements le permettent
  • la suppression des coupes à blanc et des coupes rases (autant que possible)
  • une conduite des peuplements créant de nombreuses strates pour utiliser le plus possible le sol et l’espace
  • une intensité des interventions d’entretien adaptée à chaque peuplement
  • le respect des peuplements lors des récoltes
  • la préservation de la fertilité des sols

Le système dominant en Allemagne est la futaie. La gestion se fait par arbre ou par groupe d’arbres, durant un cycle de 80 à 200 ans selon les essences. Il existe une forme de futaie spéciale appelée futaie jardinée, dans laquelle des arbres d’âges différents se trouvent côte à côte. La régénération s’y fait donc en continu. La tendance actuelle est de pratiquer une gestion sylvicole « proche de la nature » avec des peuplements mixtes comportant une part importante de régénération naturelle et des cycles de régénération longs. On renonce autant que possible aux coupes rases et aux coupes à blanc [Bundesministerium für Ernährung, Landwirtschaft und Verbraucherschutz 2011, 23].

Français