Vous êtes ici

Station 9: Les formes de vallées et leurs effets

Informations générales

Les vallées telles que celle du Leinbach où vous vous trouvez actuellement ont été creusées au fil des siècles par des cours d’eaux qui ont arraché et emporté de la matière. Tout petit qu’il soit, c’est le modeste ruisseau que vous voyez devant vous qui a creusé cette grande vallée ! Vous apprendrez ici comment les vallées se sont formées et quels types de vallée il y a.

 

 

 

Plus d'informations:

Les formes de vallées et leur genèse

On appelle vallée un creusement allongé de dimensions variables dont le profil en travers résulte des conditions de formation géomorphologiques et géo-écologiques et dont le profil en long, s’il s’agit d’une vallée de grandes dimensions, est adapté aux mouvements tectoniques, eustatiques et épigénétiques. Autrement dit, une vallée est un creusement du relief de forme allongée, ouvert d’un côté et résultant de l’érosion causée par un cours d’eau ou un glacier. Une vallée sera d’autant plus profonde que les forces d’érosion en jeu auront été sont intenses et la roche dure.

Les grandes formes de vallées sont les suivantes (le terme allemand figure entre parenthèses) :

          Les gorges très encaissées (Klamm)

          Les gorges (Schlucht)

          Les canyons

          Les vallées en V (Kerbtal)

          Les vallées à fond plat (Kerbsohlental)

          Les vallées à fond rocheux (Kastental)

          Les vallées en auge (Muldental)

 

Les gorges très encaissées (Klamm)

[Lenz 1993: 188ff.]Elles se forment en montagne lorsqu’un cours d’eau creuse le rocher à la verticale sans érosion latérale, ce qui leur donne des parois presque verticales. Elles ne peuvent se former que dans des roches résistantes et stables. La profondeur de ces gorges est limitée par la hauteur que peuvent avoir leurs parois. Une fois cette limite dépassée, il y aura des glissements de terrain et des chutes de rocher et la gorge très étroite s’élargira. Exemple de gorges de ce type en France : les gorges de la Fou, dans les Pyrénées. En Allemagne, les gorges de la Partnach et de la Breitnach, dans l’Allgäu [Ahnert 2003: 221] [Leser 2009: 244ff.].

 

Les gorges (Schlucht)

[Lenz 1993: 188ff.]Les gorges se forment lorsqu’il y a des glissements de terrain et des chutes de rocher au niveau d’une gorge très étroite. Les parois sont légèrement inclinées. Il y a une érosion verticale mais également une érosion au niveau des versants, certes faible mais tendant à s’accroître. Exemples en France : les gorges du Tarn, de l’Ardèche. En Allemagne, les gorges de la Wutach en Forêt-Noire [Leser 2009: 244ff.].

 

Les canyons

Les canyons sont une forme spécifique de la vallée en V. Ces vallées étroites sont formées par érosion verticale. Elles présentent des strates rocheuses assez horizontales et de duretés différentes que le cours d’eau va creuser différemment, ce qui donne une alternance de parois verticales et de replats. Leur profil en travers est dit « en escalier », qui les distingue de la vallée en V proprement dite. Exemples : Le canyon du Colorado aux USA (Arizona) et le canyon de la Fish River en Namibie [Leser 2009: 244ff.].

 

La vallée en V (Kerbtal)

Comme son nom l’indique, son profil en travers est en V. On y voit les effets d’une érosion verticale forte liée à l’enlèvement des produits de l’érosion latérale des versants, qui sont charriés par le cours d’eau. Les versants commencent près du lit du cours d’eau et la vallée épouse les contours de ce dernier. Elle est de même longueur. S’il n’y a plus d’érosion verticale, la vallée en V devient une vallée à fond plat. Exemples de vallées en V en Allemagne : la vallée de la Queich dans le Pfälzerwald, le Schwarztal (en Thuringe) [Ahnert 2003: 221] [Leser 2009: 244ff.].

 

La vallée à fond plat (Kerbsohlental)

La vallée à fond plat présente un profil caractéristique correspondant à la succession de phases différentes au cours de sa formation. La première correspond à la formation d’une vallée en V aux versants marqués qui commencent près du lit du cours d’eau, résultant d’une érosion verticale et de l’enlèvement des parois. Si l’érosion latérale devient plus forte, sachant que l’érosion verticale continue, le fond de la vallée s’élargit. Le cours d’eau peut accumuler les matières charriées et son lit est alors plat. Exemples : les vallées du Rhin et de la Moselle [Leser 2009:244ff.].

 

La vallée à parois verticales et à fond rocheux (Kastental)

Cette vallée constitue une forme intermédiaire entre la vallée à fond plat et les gorges, ce qui est dû à la nature des roches dans lesquelles elle est creusée. Elle résulte d’une érosion verticale et d’une érosion latérale également fortes en présence d’un excédent de matières que le cours d’eau peut charrier. Elle présente des parois abruptes, presque verticales, et un fond plat qui est le plus souvent rocheux. Exemples : les parties amont des vallées du Danube (Schwäbische Alb) et du Neckar (Gäuland), certains oueds de la bordure nord du Sahara (Oued Drâa) [Leser 2009: 244ff.].

 

La vallée en auge (Muldental)

Son profil en long évoque une auge, d’où son nom. Elle se distingue par une transition douce entre les versants et le fond de la vallée. Les versants ont été érodés par les matières apportées par le cours d’eau. La formation de ces vallées repose principalement sur une érosion en surface, alors que l’érosion en profondeur fait pratiquement défaut. Les nombreuses petites vallées que l’on trouve sur presque tous les plateaux de moyenne montagne présentant des roches sédimentaires ou des sédiments non agglomérés, couverts ou non d’une couche de lœss. (Exemples en Allemagne : Selz et Wiesbach) [Leser 2009: 244ff.].

Toutes les illustrations: [Lenz 1993, 188 pp.]

 

Français